Colis de bar !

  • Par klashinfo
  • Le 14/11/2017
  • Commentaires (0)

Image poste

 

Notre société marcherait-elle à l'envers ? Cette idée ne serait pas nouvelle. Alors que dans certains milieux, on n'aime pas les gens qui font 25 choses en même temps, l'environnement du commerce pense sans arrêt à s'adapter à l'évolution de notre système économique et à créer de nouveaux services . Toujours plus prêt, toujours plus vite. Très bien pour répondre aux besoins individuels, mais certainement désanchanteur pour l'esprit de groupe ou l'aspect collectif...public.
 

A Rouen, comme ailleurs, les exemples vont bon train et sont criants d'une vérité apeurante ou désolante (cela dépend de votre état d'esprit).Et si les bureaux de poste de proximité deviennent de plus en plus rare (Fermeture), les lieux d'envoi et de réception pullulent. Cherchez l'erreur ! L'exemple de ce bar-tabac situé rive droite près de la mairie de Rouen est lourd de vérité. Pas moins de 100 colis y sont en dépôt en permanence. ( voir photo). Multipliez cet établassement par 20 ou 25 dans l'ensemble de la ville, vous comprendrez pourquoi la poste perd de plus en plus des parts de marché dans l'envoi et la réception des colis. Moins cher, plus simple à recevoir, plus prêt, moins d'attente, les arguments sont sans équivoques. La clientèle migre vers ces nouveaux services plus modernes et répondant plus à leur style de vie.

Que doit faire la poste face à cette situation ? Etre plus rapide ? plus moderne ? moins chère dans la proposition de leurs modèle d'envoi (ex: Colissimo) ou se restructurer en fermant des bureaux de proximité?  En fait, le choix est clair: On ferme ! Aucune remise en cause de son fonctionnement, la poste reste la poste! En témoigne la restructuration farfelue de l'agence jeanne d'arc. Toujours une foule d'attente qui doit expliquer à un agent qui fait du "va et vient " dans la zone " serpentueuse" et qui oriente les gens au gichet qui s'occupera de son cas mais qui devra encore attendre !

Revenons à notre bar. Le client qui avait l'habitude de converser avec le patron du zinc en est réduit à regarder le plafond et à déguerpir sans revenir. Du coup après un mois d'ouverture, le patron du bar tabac a perdu pas mal de sa clientèle d'avant. Mais qu'il se console ! Il a 100 colis à gérer et pourra taper la "discut" avec ses carton d'emballage.

Advienne que pourra. Si on réfléchit à la question, on pourrait peut-être créer un coin café dans les postes ....HEIN  ? En attendant, les espaces publics se fragilisent et fuient les endroits qui leurs sont inappropriés économiquement.Un monde timbré sans aucune pitié pour satisfaire le confort individuel au détriment de l'aspect collectif de notre société.

Martin Bré

 

 

rouen grand rouen la poste colis rue jeanne d'arc

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×