police

la ZAD évacuation imminente ?

Zad

 

 

 

 

 On en parle, on suppute. Est-ce  imminent ? Lundi 9 de paques ?

Ce n'est pas pour chercher des restes de coquilles de Lundi dernier que les 2000 filcards feront le déplacement à Notre Dame des Landes. Ce sera pour évacuer les zadistes. Le site du Parisien l'évoque. Même ma mère est au courant ! C'est dire ! Alors que les milieux autorisés s'organisent pour riposter contre ce qu'ils considèrent comme une atteinte aux libertés, le Macron s'organise pour une opération d'envergure et surtout de communication. A l'heure où sa côte de popularité est en mode dégringolade, le petit Manu tente de redonner du crédit à son début de mandat. Un petit coup de force.....ça plait !

Et puis, il y a toutes ces "grèvignottes" qui pourraient bien grossir. Alors, un petit peu d'autorité, ça fait du bien ! le gérant de l'entreprise " France" va-t-il donc punir les méchants zadistes. ' Il sont dangereux " nous dit le " Mystère" de l'interieur. Certes, mais pas plus que les dirigeants chinois qui enferment et exécutent les prisonniers politiques ! Alors, si l'on peut faire des affaires avec des chefs rouge-sang, on peut aussi s'entendre avec les quelques zadistes de Notre Dame des Landes. Le politique "donneur" de leçon vous répliquerait : "C'est plus compliqué que ça !" . La phrase qui  "troussotte" tentant de vous faire passer pour un esprit simpliste. Quoiqu'il en soit, où est l'intérêt de pratiquer une évacuation musclée si ce n'est un coup de com ?

A ROUEN

Du côté de Rouen, on s'active. Les réseaux qui soutiennent les zadistes se réunissent bientôt pour voir comment ils pourront prêter main-forte à leurs potes. Il se dit même que des zadistes seront bientôt présents dans la ville aux bicyclettes de carnaval pour témoigner de la situation actuelle qui serait électrique sur le site. Nous verrons bien. Quoiqu'il en soit, une solution devrait être prise. La situation n'est pas tenable pour les deux camps. Espérons que l'issue finale sera définitivement la négociation et non le coup de force. Le gouvernement prendrait un risque énorme à agir en état policier dans l'ambiance actuelle de l'héxagone. S'il pense que ce coup de com pourrait permettre aux médias de se détourner des grèves multiples qui s'étendent, ils oublient que l' usage de la force chez les zadistes pourrait renforcer les grèves dans le pays. 

Risque d'explosion sociale à 3 semaines du mois de mai, le mois symbole de tout et de rien, mais de tout quand même. Poudrière dans l'hexagone. Ca sent le souffre ! Notre dame des Landes évacuée pourrait être l'amorce symbole d'une contestation majeure en France. Tout cela pour faire respecter le droit. Le droit ? Franchement, nous amener un tel argument de la part d'un état qui ne respecte même pas ses propres lois (loi Roudy par exemple), c'est fort de café, comme dirait ma grand mère. 

 

Attendons donc ce qui sera décidé de Paris pour les zadistes et espérons qu'il n'y aura pas trop de casse humaine si le choix de l'évacation est pris. 

 

Joseph Bernard
 

Rouen, croix de pierre, Descente musclée : Des explications ...

 

 

Croix de pierre

 

Une plainte groupée de commerçants et de riverains serait à l'origine du débarquement en force des autorités républicaines dans le village rouennais. (voir l'article ici) .L' apparition soudaine d'un groupe de marchands ambulants de produits illicites que nous appelons plus communément des "dealers" et leur écarts violents, seraient la cause de ce déploiement d'envergure. Malgré tout, on se demande pourquoi L'URSSAF se trouvait dans l'histoire et pourquoi seules 5 commerces ont été contrôlés ? Quelle était la vraie cible : Des commerçants en délicatesses avec l'URSSAF ou des commerçants " balancés" par d'autres commerçants pour complaisance avec les dealers...ce qui reste à prouver !

Voilà donc une nouvelle affaire qui va certainement écorcher la bonne image du quartier d'autant plus que la mairie de Rouen ne serait pas étrangère à la demande de l'intervention. En effet, les plaintes seraient passées par la municipalité gouvernée par Yvon Robert avant d'attérir sur le bureau de la préfète. 

S'il ne faut pas nier la situation parfois tendue dans ce quartier à certaines heures, il parait moins évident que l'on réglera le problème par de telles actions de forces récurrentes au sein de la croix de pierre. Il est totalement faux de dire que la présence des revendeurs soit nouvelle. Les gens qui fréquentent ce quartier vous le diront. les jeunes qui s'activent sont présents dans le quartier depuis plus de 2 ans.

Au delà des actions de force, aucune mesure de prévention n'a été engagée avec ces jeunes qui se sont tournés vers une activité illicite. Il est clair que lorsqu'on est riverain, on s'attend à vivre correctement à l'abri des violences qui parfois apparaissent sur la place de la croix de pierre. Heureusement que la majorité des résidents ne passent pas par les bureaux des élus pour se plaindre. D'autres tentent de mettre en place des échanges avec les jeunes concernés. Dommage que la mairie de Rouen n'en fasse pas autant. Elle  privilégie le recours à la force ! Elle oublie que l'efficacité d'une telle mesure n'a d'effet que lorsqu'on mène également une politique de prévention et de relais. Rien ne s'est passé ces 10 dernières annèes au sein du quartier de la croix de pierre où l'on privilégie le bien-être des 25-80 ans par le soutien du milieu associatif en oubliant la jeunesse de ce quartier marqué par le chômage et la paupérisation. Il est vrai que les électeurs sont plus dans la tranche des 25-80 ans que chez les 18/24 ! . L'humain d'abord certes, mais surtout l'électeur d'abord ...

On peut s'attendre à une periode de calme après cette déscente musclée, mais rien n'est réglé. Quelle sera, désormais, la politique d'yvon Robert pour agir auprès de jeunes pas toujours issus de ce quartier, mais rouennais afin que se mette en place une réelle action de prévention ?  La balle est dans le camp de la mairie et de son équipe d'adjoints. 

Joseph Bernard 

Rouen: Opération "polissage" de la croix de pierre

 

Croix de pierre

 

Spectacle son et lumière original constaté par les habitants du quartier de la croix de pierre de la ville de Rouen. Mardi 20 février, il est 19h et des poussières. La vie respire sa joie de vivre dans ce petit village qui fait la fierté de la fraction gauchiste de la majorité municipale de la ville. Anarchistes, commerçants, enfants de bobos libertaires, étudiants, commerçants, revendeurs de produits dopants, associations éclectiques font la joie de cette partie de la ville où on a oublié d'être con. Même des membres du front national y vivent, c'est dire !

Le point central de cette partie mythique multiculturelle de la ville que les grandes fortunes du quartier jeanne d'arc n'envient pas,  fut frappé par une descente musclée des forces de police. Ainsi, ce sont, au moins, 5 commerçants de la place qui furent officiellement l'objet d'un contrôle flamboyant de l'URSSAF. Habituellement, les dispositifs de ce genre trempent dans la discression absolue. On se souvient, il y a quelques années des contrôles systèmatiques des établissements de nuits organisés en toute discression évitant à la population locale de subir des désagréments dans leur quotidien.Ici, c'est tout le contraire.

Sous couvert d'un contrôle massif de l'URSSAF, il s'agit bien d'un message lançé au " tout venant" du quartier. Jugez plutôt: 6 cars de police, des maître-chiens, et, tout de même des contôleurs d'URSSAF. Les commerçants contrôlés sont tous situés à proximité du monument emblématique du quartier. Parti à l'assaut de l'information avec le fameux " QUI où QUOI et comment" , nous en sommes arrivés à constater que si il y a bien eut des contrôles URSSAF, la police en a profité pour donner un signal verbal clair au voisinage. Ce qui se dit, réside dans le fait que le traffic de stupéfiants qui est ancré dans ce quartier depuis longtemps ne doit par être "ignoré" par les commerçants et la population du quartier. Autrement dit " Devenez des balances et nous vous laisserons tranquiles. Et surtout : " ne fricoter pas avec les dealers ".

La caricature policière de ce Mardi soir est loin de passer à la trappe et risque bien d'envenimer le climat d'une zone de la ville qui véhicule depuis toujours des histoires lourdes tant en matière de grande délinquance que de petits traffics. Aujourd'hui le climat de la croix de pierre est nettement plus apaisé et paradoxalement, c'est maintenant que les contrôles se multiplient. Il n'y a pas une semaine qui se passe sans qu'il n'y ait des contrôles tout azimuth. Les commerçants s'en plaignent régulierement car celà nuit à leur activité. Résultat : Opération coup de poing. Au lendemain de la représentation policière, les 5 boutiques concernées par la descente rugueuse sont fermées.

On ne badine pas avec la loi à Rouen...Reste à savoir qui est coupable et qui est victime dans cette soirée " polissage". Quelle sera la réaction des habitants et commerçants de ce quartier multiculturel et très souvent mis en exergue par les politiciens de gauche et notamment les communistes qui aiment ce quartier ! Il ne leur reste plus qu'à le prouver en réagissant officiellement à ces actions récurrentes d'une police qui n'en fait pas autant dans des quartiers plus huppés où auprès d'une population plus aisée possédant des affaires commerciales où la légalité a tant de mal à poindre son nez.....C'est aussi cela le respect de l'égalité citoyenne, phare de la pensée des aficionados des valeurs humaines....L'humain d'abord...

Joseph Bernard

La police débarque dans Rouen

 

 

P1000206

"Meutre, tentative de meurtre, tuerie sauvage ...." on entendait de tout hier soir dans le quartier de la croix de Pierre à Rouen. Situé à l' Est de la ville (Pourtant, t'en a beaucoup qui sont à l'ouest dans cette zone " franche"), "vla -t-y pas" que la paisible bourgade  se trouvait fermée, vérrouillée cadenaçée par la maison poulaga ! Motif? Un meutre ou une tentative de meutre qui se serait déroulée du côté de la route de Darnétal non loin de là. Du coup : Enquête, arrestations et relâches se succèdent dans la zone far-west. Les journalistes présents sur les lieux n'ont pas pu glaner d'infos faibles fiables.

Ce matin,n'écoutant que mon courage et ma témérité légendaire enviée par Le chef des écologistes rouennnais, Je me suis rendu sur les lieux et donc que fais-je ? Bah, j'interroge les commerçants. Voici leurs réponses:

- C'était le carnaval ! marre de ce quartier ( lui c'est logique, c'est le rochon du village)

- Ils m'ont demandé si j'avais une caméra, je leur ai répondu que j'étais la pour travailler ! (le besogneux des commerçants)

- Ils m'ont demandé si je n'avais pas vu des personnes louches...J'ai rigolé...mais je me suis tout de même retenu, on ne sait jamais... (L'intello-présumé du vilage)

Ce matin, on ne sait qu'on ne sait rien. Du coup, comme disait coluche, " fermons notre gueule ".

Courage les gars

Jean-Pierre Hafeux

 

×