politique

Ras le cul de cette haine gratuite à Rouen !

 

Thriller a rouen

Sors de ton trou VON-VON, La haine n'a pas lieue d'être au C.M de Rouen

 

 

Lettre ouverte à VON-VON Robert notre Maire bien-aimé,

VON-VON

Voilà un moment que ceux qui assistent aux séances du conseil municipal de ta ville doivent subir les attentats politiques de semeurs de troubles extrémistes. Les langues fourchues de Guillaume Pennelle (Front National)  et de Pierre-Antoine Sprimont (LA droite forte) se sont encore permises de sévir !

Lundi 20 Novembre, nous eûmes encore le droit à la diatribe mensongère de ces deux clones de la haine de l'étranger. Et comme à chaque fois, Von-Von, tu ne fais jamais de rappel à l'ordre. T'attends quoi nom d'une pipe ?

Petit rappel : Le premier magistrat de la commune, c'est "yourself" man ! Et lorsqu'on est fier d'accueillir des étudiants de science-po dans un  conseil municipal, on se doit de rappeler à l'ordre ces dérives inadmissibles  et crétines !

Dès qu'ils le peuvent et à tour de rôle, les deux énergumènes se délectent dans le prismes de la haine et du mensonge, détruisant tour à tour la réputation des associations des hauts de Rouen, diabolisant les musulmans et traitant les élus de la république de collaborateurs de l'Islamisme et du salafisme !

Mister Robert, il est temps que ça s'arrête. Et puisque, apparemment, tu n'en as pas conscience, Je proposerai aux organisations qui le souhaitent ainsi qu'aux particuliers de nous rejoindre pour porter plainte officielement afin de leur rappeler qui fait la loi dans ce pays et qu'un conseil municipal n'est pas une tribune politique pour leurs mensonges.

La banalisation de discours de haine n'est jamais une bonne chose. le silence, n'est vraiment pas le meilleur des mépris pour ces " soupières" de la république.

 

Bien à toi citoyen VON-VON

Frédéric Quillet

Des élus puits de science, luminaires célestes

Sans titre 19

photo qui date !

 

Mais qu'est-ce qui faisait sourire aussi ardemment Von-Von lundi soir au conseil municipal ? Yvon Robert, le Maire de Rouen, rappelons-le, brillait dans la décontraction totale. Etait-ce la présence d'étudiants en science politique de Rouen ? Iceux ont dû se marrer ou rester coi quant-à la prestation scénique de nos représentants municipaux. Droite et gauche ont flamboyés dans la caricature granguignolesque parsemée d'indélicatesses toujours issue de la même tendance, celle de l'extrème droite officielle et de la "camoufflée" !

Si certains voyaient chez les élus de la ville de Rouen des exemples de respectabilité pour aller jusquà proposer à des étudiants de les écouter, ils doivent mordre leur chapeau ce matin. Entre un Patrick Chabert qui s'embrouille dans ses analyses jusqu' à devenir inaudible, un Robert Picard rapporteur d'une motion qualifie de "tordue" par Stéphane Matot qui connait bien le principe du cynisme politique, il y avait de quoi rire jaune.

On donne une note ?

Honneur aux gagnants: Bérégovoy et Labbé sauveurs de l'assistance

Jean-Michel Bérégovoy a retrouvé hier soir de sa superbe. L'homme aux multiples positionnements avait la niaque. Posé, enflammé parfois mais toujours flanqué dans la rhétorique. Peut-être brigue-t-il un poste d'enseignant dans la classe de science po ? Pour le fait, tout de même, il devra d'ici là, éviter les discours fleuves et la répétition excessive des " Je le dis" ainsi que de ses fameuses parenthèses qui s'ouvrent et qui perdurent à un point tel qu'on a oublié le sujet de son intervention. Excépté ce détail, il fut meilleur que lors de la dernière séance. C'est dire !

Le classement des élus du pire au meilleur

1/ Pennelle et Sprimont : l'un copie l'autre, on ne sait plus vraiment lequel : 3/20 Toujours la même diatribe. Les associations clientelistes, les étrangers sont dangereux, tout est Islamiste, même ta mêre !

2/ Chabert : Incompréhensible, on s'en demande même s'il est vraiment avocat ! Il ira même jusqu'à bafouiller pendant 30 secondes créant parmi l'assistance des instants de railleries discrètes. 4/20

3/ Martot : On peut avoir dans la même famille un bon comédien et un pietre intervenant politique. Stéphane Martot reste et restera une énigme politique. Le porte-fligue du co-président de Décidons Rouen s'amusera a arranguer Robert Picard (centristo-sprimoniste) en l'affublant de scrofuleux et justes qualificatifs mais qui n'avaient pas leur place dans l'assistance et surtout devant des jeunes étudiants estomaqués !  5/20

4/ Picard: L'homme " lustrueusement" épathique hier ! Une motion d'urgence fleuve longue, inutile et surtout qui nous a fait perdre du temps. Von -Von pouvait sourire. Le Budget sera traité après le depart des 3/4 de l'assistance grace à Picard ! 5.5/ 20

5/ Bérégovoy : 10/20

6/ Manuel Labbé 13/20 : " Ecoutez Labbé " dira-t-il à Devaux le clérical de service que nous ne noterons pas car inutile dans le débat. Manuel Labbé a été très ironique vis à vis de la droite et de leur argumentaire. Seule son insistance à évoquer " le travail exemplaire des différentes composantes de la majorité municipale" me laisse penser que là, il n'était pas du tout sincère.

Pour le contenu, nous l'évoquerons après. je dois encore comprendre ce qui s'est dit hier et en plus, je n'ai pas que ça à foutre non-plus ! 

Félix le chat

 

 

Comment traiter l'eau chaude avec froideur

 

 

 

Il est temps de vous expliquer comment nous devons traiter l'eau chaude. Nous sommes en 2017 et pas une note explicative n'existe sur ce ô combien élément humain.

Que serait l'humanité sans eau chaude ? PRATIQUEMENT RIEN !

Un macron-projet pour 2018 inspiré par Hollande

On ne saurait vous dire jusqu'où cet élément est luxueux au point que Macron, fidèle à ses eaux troubles politiques, envisage de créer une nouvelle taxe sur l'eau chaude avec un barème/pourcentage déroissant. Ainsi les ménages les plus bas paieraient 50 % de plus sur la consommation de l'eau chaude et les grandes catégories socio-professionnnelles style les Hauts-Fonctionnaires et les grands chefs des 50 familles les plus fortunées de France, ne pairaient que 5 % . A cela s'ajouterait l'installation de robinets à reconnaissance digitale afin de retirer l'utilisation de l'eau chaude des employés de maison des familles riches. Faut pas déconner.

Castaner ( plus connu sous le saut-biquet " Castan'air") aurait déclaré " Normal que les plus pauvres payent plus l'eau chaude que les riches, car ils gaspillent l'eau au lieu de chercher du travail et de trouver un objectif philophique autre que la fainéantise sur terre" Déclaration en off qu'il aurait faite à son amie de toujours Christine Boutin....

L'eau chaude en surtaxe est aussi une bonne nouvelle pour la préservation de la planéte. " Ils se laveront à l'eau froide" aurait déclaré Hulot, le scientifique de pacotille fabriqué en éco-contruction par bouygues et TF1 en parlant des pauvres.

Voilà une mesure ironique qui pourrait bien exister un jour si Mac'rond continue sa dérive politique proche de l'acharnement des portefeuilles les moins fournis.

Robert de chaudière

 

 

 

Rouen: Béré la menace, le retour ?

 

collecdtif.png

 

Avait-il peur qu'on l'oublie ? Surement un truc d'enfant à la récré, ou alors du serieux ? Il faut dire que depuis la débâcle de juin  2017 et la mise à mort en suspens, les adèptes d' Europe Ecologie Les Verts locaux sont devenus transparements....officielement ! A Rouen, nous avons un spécimen unique en la personne de Jean-Michel Bérégovoy dit " Béré" . l' adjoint au maire de la ville l'affirme haut et avec les trompettes vocales qu'on lui connait: "Je ne vote pas le budjet 2018 !" Il le crie, l'affirme, le dit !

Fidèle à ses convictions, le fera -t-il ? En effet, l'ancien socialiste reconvertit à la passion verte pro-Hulot en 2012 puis rouge avec Mélenchon en 2017 pour le regretter par la suite, joue dans les deux camps. D'un côté, il brandit la menace du "NON au budget" et d'un autre, il négocie avec VON-VON les conditions d'un raliement à la cause de la majorité municipale.

Afin de maintenir  la pression, il pourrait voter contre le budget au prochain conseil municipal et faire le buzz médiatique local. D'abord, ca fera vendre du Paris Normandie, et puis,surtout, rien ne sera acté puisqu'un rejet du budget n'aurait aucune incidence. En effet, avant que le préfet ne s'empare des manettes financières de la ville, un nouveau vote sera nécessaire et, d'ici là, Béré " La menace" sera comblé de bohneur artificiel avec un adjoint en plus ou une augmentation substentielle des lignes budgetaires qui incombent à "Décidons Rouen".

Même chez les Belges, chez qui le système politique est plus compliqué, on ne pratiquerait pas ce genre de subtilité où le rapport de force inutile n'arrange que celui qui le provoque.

Mais  Béré "la menace" s'en balance du " kandirathon" du moment qu'il est au centre du débat, il ne va certainement pas se géner pour donner à Yvon Robert encore plus l'envie de se barrer de son poste de Maire qui, d'après des sources proches du premier magistrat de la ville, l'emmerde de plus en plus. L'ancien rocardo-ségolino-vallsite et, ce jour, Macron-compatible s'ennuie, c'est une évidence. Heureusement que Béré la "menace" est là pour donner des couleurs névralgiques à ce rendez-vous mensuel (ou presque) qu'est le conseil municipal de Rouen.

La route est dégagée pour le gourou de " Décidons Rouen" mais laquelle : Celle du NON ou de l'illusion d'optique ? Quoiqu'il en soit, l'homme aux 50000 bisous aura son heure de gloire, et c'est bien là l'objectif recherché, n'en doutons pas.

 

Frédéric Quillet

Recyclage: Valoche les galoches file le train des dopés !

 

V fourneyron 1

 

Il fallait faire quelque chose ! Elle n'en pouvait plus ! Elle pleurait tous les jours roulant sur son vélo dans Rouen telle Jeannie Longo après s'être fait prendre la main dans le sac à picouze... Valérie Fourneyron renait et devient, enfin, présidente.

Nous vous l'annoncions déjà il y a quelques jours en "point-quillet" ( allez, je l'avoue, j'avais l'info...smy-laid). L'admirable Valoche battue par l'inconnu de 19h45 en juin dernier aux légilatives, n'a pas perdu de temps pour retrouver une source de revenu ou à défaut de pouvoir et d'avantages en nature via la présidence de "machin / truc" pour lutter contre le dopage. Tu sais, lecteur, le genre d'association "bonne conscience" d'un système entretenu par les amis inavouables. La méthode n'est pas nouvelle : Al Capone finançait les oeuvres de charités de Chicago ...

Trèves de confiseries plaisanteries et retour à nos moutons. Donc que dire ? Longue vie à la nouvelle présidente de quoi déjà...Ah oui de L'A.C.I. C'est ce formidable journal quotidien " Paris Normandie" qui l'annonce ce Mardi ( et toute la journée en plus-non l'article ne s'effacera pas! Au mieux il finira en recyclage à pelures de ce que vous voudrez-) : "Valoche les galoches " autrement dit Valérie Fourneyron est présidente de L' Autorité de Contrôle Idépendante.

De l'autorité, ça, elle en a (avec un titre, malgré tout, c'est plus facile).

Le contrôle, elle sait faire ! Une fine lame dans le genre comme David Douillet au sabre.

L'indépendance, ça c'est autre chose : La fugace Valoche a toujours su s'entourer, mener sa barque mais n'est pas connue pour son indépendance ....

En tout état de cause, Fourneyron est recyclée ! OUF. On aura mis 4 mois à peine pour lui trouver un job qui lui permettra de recycler à son tour les " déchus de la république" de Juin 2017.  En Marche Valoche! Et ne nous déçois pas ! A quand une Interview pour Klash - Infos ?

Et comme d "'habitune", notre joli système démocratique et égalitaire prouve qu'en 4 mois on peut rebondir et trouver un job ! ( il y avait les vacances d'été, faut pas déconnner non plus).  Ceux qui n'y arrivent pas sont des " fégnasses" bien évidement...

Frédéric Quillet

Conseil Municipal de Rouen : Deux motions sans émotions

Sans titre 19

 

 

A l'heure où s'écrit cet article, la réunion du conseil municipal n'est pas terminée. Alors, permettez-moi d'évoquer juste ce que j'ai pu entendre. Deux motions dites "d'urgence" ont été présentées en amont de ce conseil. Notons aussi l'interruption de séance  permettant à un représentant des supporters du FCR de demander des comptes et des positionnements. Des comptes ? Le représentants des" culs rouges" s'étonne de la baisse des subventions depuis 2015 par la ville . A cela, Sandra Balluet -Adjointe au maire (et future Mairesse ?),  répondra plus tard que cette baisse constatée est fausse s'appuyant sur des chiffres présentant la subvention de 2017 à environ 30 000 euros (comme en 2015)  alors qu'elle était portée à 20 000 par les culs rouges. HIC ! hoc HOUK y a comme un problème !

Suite à cette interruption de séance, le maire ouvrit la rubrique " Motions".... Oh super, on va pouvoir enfin en découdre ! Et ben non même pas ! Tristesse absolue d'un début de  conseil municipal qui avait la particularité ce soir, d'être moribon. La motion de l'U.D.I sur l'histoire du F.C.R faisait peine à écouter..." Et patati, et patata et le FCR ce sont les gentils et les historiques ...et QRM ( Quevilly Rouen Métropole) ce sont les méchants qui ne répondent jamais aux lettres des gentils ! PA-THE-TIQUE !

De ce fait, puisque cette motion semblait être une volonté pour l'opposition centriste de prouver qu'elle à autre chose à soutenir que la cause politique de la Reine-Mère-Sénatrice, Hé ben, vl'a-t'y pas que ses auteurs acceptent de se coucher lamentablement pour un mot...un verbe ... qui change complétement l'objet de la requête initiale... Et non " demander" au président Sanchez, ce n'est pas pas la même chose que " Préconiser" au Président Sanchez.... Ils se sont fait blouser par le PS....Majoritaire, rappelons - le!  Et tout cela pour avoir l'unanimité et déclarer sur leurs comptes twitter respectifs qu'ils ont gagné! Mais voyez-vous, le PS aussi pourra dire également qu'il  aura gagné. Bref : Une motion inutile qui aura fait perdre du temps à Marie-Hélène Roux (LR) se plaignant de la longueur des intervenants des représentants des motions.

Les contrats aidés

D'ailleurs pour remettre la vérité au centre de ce somptueux article, la plainte de Miss Roux était dirigée plus vers le Sieur Bérégovoy que vers son émittente collègue centriste dont j'ai oublié le nom. Oui chers lecteurs acidulés et heureux de me lire, Jean-michel Bérégovoy s'est lançé ce soir dans une interminable avant-avant-avant présentation de la motion des écolos locaux afin de sortir un cri d'alarme sur la situation des associations des Hauts de Rouen perdues financièrement et menacées de fermeture. " Décidons-Rouen" présentait une motion d'urgence pour dire quoi ?

- Bérégovoy aime les hauts de Rouen et connait cette contrée oubliée par l'emploi. Pour illustrer cet amour sans partage, il évoquera entre autres 50 000 bisous reçus ou donnés en plus 30 ans de présence. Ce qui en moyenne représente à peu près 4 bisous par jours ...aller, disons 5 et je compte large, car je ne retranche pas les vacances scolaires ni les journées chômées car si je le faisais, ce serait vraiment du temps de perdu et je n'ai plus beaucoup d'encre !

Excéptés les bisous que le "béré" trouve important dans une relation..." c'est important les bisous" dirat-il, l'homme à la révolution perpétuelle proposera au nom de son groupe que l'on mette en place des assises sur la vie associative des Hauts de Rouen " pour se dire vraiment les choses"....comme en 2007 au moment de la révolte des banlieues ....les assises ont permis de conserver le tissu associatif local".

 

AHAHAHAHAH oh le " minteux" !

 

Bérégovoy refait l'histoire !

Oui Jean-Michel, après les assises, on a plutôt  constaté un tissu associatif encore plus amoindri !

- Terminé le centre social ACS

-Terminée l'épicerie Sociale dont vous étiez à l'origine du projet

-Terminée la régie de quartier dont vous étiez le président !

- Terminée Le resto associatif

-Terminée de terminer !

 

Alors, il est où le bénéfice des assises de cette époque ? hein ..."ch'te l'demande min chti garchon? ...... Ptit quinquin va !

 

Bien, pour en revenir à la motion présentée par un Bérégovoy historiquement fatigué, ajoutons que la droite FN-compatible et l'extrème droite permissive se sont exprimées avec haine et dédain. Haine pour Pennelle le gars du FN pour qui le monde associatif subventionné est un " panier à voix pour le Maire" . Lui et ses collègues aphones, ne prendront pas part au vote de cette motion.  Guillaume "le-pen-nelle"  hait les associations qui développent de l'insertion sur les Hauts de Rouen. Il l'a dit plusieurs fois sur les ondes radiophoniques. Ce soir, il a montré son visage naturel moqueur, haineux et rempli de préjugés.

Quant-à la droite FN-compatible représentée par  la voix dilatée de " machin" Sprimont, elle s'est errigée en stupidité agréssive affirmant que les bénificiaires de contrats aidés ne pouvaient pas s'engager dans une formation. Ce qui est complétement faux. Ils peuvent le faire et le demandent souvent ! Par contre les employeurs refusent aussi très souvent cette option. Mais cela, le " Sprimont" il ne l'a pas évoqué ! Froid, méthodique, Sprimont a été soutenu par Robert Picard et les centristes qui comme lui mais avec un peu plus de modestie, d'ouverture et d'humanité, diront que les contrats aidés ne riment à rien.

Finalement, même si Le " Béré " s'est arrangé avec l'histoire, il n'aura tout de même pas oublié que derrière les contrats aidés, il y a des familles en difficultés qui risquent de perdre leur emploi. D'ailleurs le talentueux PCF "trukmuch Labbé" aura pris le temps d'adouber son camarade de lutte, Béré, en évitant de le reprendre sur son histoire d'assises mal placées.

Bref...Des émotions dignes des barils léssives " Nombril-anti-re-déposition" et surtout une oppositon municipale qui n'a rien à dire ou à soumettre....excepté leur dédain des "petites-gens"...comme ils disent.

Triste réalité en espérant que la suite de ce conseil municipal aura été plus intéréssante.

Fred Quillet

 

La motion de l'U.D.I et l'attitude de la droite " fn - compatible m'ont fait penser à cette chanson de Fugain

 

Canarder de mille façons

Joseph bernard 1

 

L'expression, quelle qu'elle soit, est la plus belle des libertés. Héritage générationnel parfois titillé, souvent encadré par les pouvoirs. D'où qu'ils viennent, ils se démènent pour malmener cette liberté lorsque l'on n'écrit pas dans leurs sens et que les mots raisonnent en eux tel un poil à gratter.

Liberté d'écrire, de poétiser, de romancer, d'invectiver, de jouer, de chanter, de rire de pleurer sur des textes, des musiques, des photos, des peintures.....

Canardons donc ce site de toutes nos expressions et soyons légion dans l'excentricité, la créativité et la provocation. Déranger et oser par et avec les mots, c'est ne pas craindre le glaive du pouvoir et lui rappeler que des sentinelles s'activent pour soutenir une expression libre pour tous.

Frédéric Quillet

 

 

×