Fiasco du collectif des associations des Hauts de Rouen

P1000288

3 tables de 10 participants actifs mais trop ,peu nombreux

Alerte sur les hauts de rouen 1

 

Vendredi 8 Décembre 2017 se déroulait, au centre André Malraux à la Grand-Mare,  une réunion publique organisée par le collectif des associations des hauts de Rouen afin de se mobiliser contre la précarité de plus en plus preignante du monde associatif du plateau nord de la ville. L'idée était de recueillir les avis et propositions des habitants  sur l'action associative menée dans leurs quartiers en matière familliale, de jeunesse et d'animation.

" Nous rencontrons un représentant de la préfecture Lundi et nous souhaitons vous associer à la réflexion pour montrer aux représentants de l'état que nous ne sommes pas uniquement dans la plainte mais également dans la construction" souligne Mr Chataigner membre d'une association susceptible de disparaître ( APMAR).

Si l'on doit se féliciter d'une telle démarche, que penser de l'impact réel et de la crédibilité des organisateurs  de cette initiative ?

En effet, avec à peine 30 personnes personnes ayant répondues " présents" on peut, sans se tromper, constater l'échec de la mobilisation.  30 ? et encore, si vous retirez les membres des associations impliquées dans le collectif, seule une dizaine pouvaient prétendre représenter des habitants exterieurs au collectif et encore.....certains des 10 restants n'habitaient pas les hauts de Rouen.

L'échec de cette concertation n'est pas une surprise. Le monde associatif rouennais s'encroûte dans une logique qui tend à transformer les " professionnels " de ce milieu plus en gestionnaires de projets qu'en véritable source dynamique-militante dans un quartier qui a pourtant besoin d'une réponse associative musclée et contructive. Nous avons, ici, tout le contraire !

La mairie de Rouen première responsable ?

Depuis l'arrivée de l'équipe plurielle de gauche, force est de constater une volonté affirmée de municipaliser l'action associative sur les hauts de Rouen. Voila 10 ans que les efforts budgetaires vont vers les centres et infrastructures  municipales comme Malraux, privant les centres sociaux de fonds structurants pour pouvoir rééllement impacter dans la vie quotidienne. L'apauvrissement et la disparition du tissu associatif n'est pas que le fait de la fin des contrats aidés, c'est aussi une volonté politique.

 

Les autres collectivités territoriales

Avec l'arrivée de Pascal Martin au département et d'Hervé Morin à la tête de la région Normandie (tous deux de droite), c'est une grosse enveloppe financière qui se dérobe sous les piéds des responsables associatifs des Hauts de Rouen. Le mélange " politique/associatif " est profitable lorsque tout le monde est dans le même camp, mais lorsque ca bascule politiquement, ce sont les acteurs associatifs qui en paient toujours le prix. Or, sur les hauts de Rouen, tout est mélangé. la plupart des "moteurs " du collectif sont impliqués politiquement et ce n'est jamais une bonne chose ! Faudrait se poser des questions !

Des associations prestataires de service et plus du tout militantes

Autre raison qui explique ce fiasco, c'est certainement l'évolution du statut des associations sur le quartier des hauts de Rouen. Comment expliquer qu'un collectif constitué de 17 associations rassemble aussi peu de personnes ? Logiquement, il devrait y avoir au minimum 170 participants si l'on prend un prorata de 10 % de participants par associations. Pour cela chaque association devrait disposer de 100 adhérents. On est loin du compte.

La raison ? Les habitants sont relégués au rôle de simples usagers / consommateurs et plus à celui de participants ou militants. Le renouvellement ne s'est pas fait en 15 ans et voilà : Nous retrouvons exactement les mêmes aux commandes des associations qui, à défaut de représenter  les habitants, ne représentent qu'elles-mêmes et seulement elles-mêmes.

Un manque d'ambition

Manque de crédibilité et manque d'ambition. Même si l'animation de cette soirée valait la peine d'être vécue car bien organisée, il n'empêche qu'au final, la déception est véritablement de mise ! Nous en sommes au même point, si ce n'est pire, qu'en 2005 lors des assises des hauts de Rouen qui devaient sonner, soit-disant, une nouvelle impulsion......MACACHE !

Au lieu d'en tenir rigueur à l'état en se focalisant sur la baisse de l'enveloppe des contrats aidés (et non l'arrêt), les " moteurs" de ce collectif ne devraient- ils pas remettre en cause leur propre fonctionnement ou, s'il en sont incapables, passer la main à une nouvelle génération  ?

Quoiqu'il en soit, les 15000 habitants des hauts de Rouen peuvent regrétter la situation précaire du tissu associatif de leur quartier pourtant en Zone prioritaire. Et ce ne sont pas les 30 personnes présentes à cette soirée qui fairont pencher la balance de l'autre côté à moins que cela suffise à la préfecture lundi ! Dans ce cas nous serions dans un marché de dupes et ce ne serait flatteur pour aucune des deux parties.

Frédéric Quillet

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

Brother Ji
  • 1. Brother Ji | 11/12/2017
La maison de l'emploi et de la formation situé au châtelet est fermée. Quelqu'un sait pourquoi et depuis quand ?

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×